Artistes en résidence

Artistes en résidence
A Two Dogs Company - EXTRACTIONS 22 (studio view)

Travail de résidence technico-dramaturgique

Pour aider les jeunes artistes (de scène) à développer les aspects techniques de leur travail, A Two Dogs Company propose chaque année un certain nombre de résidences. L'objectif est de combiner le développement d'éléments techniques (machines, installations lumineuses, son, projection, etc.) avec des discussions sur le contenu dramaturgique. Nous fournissons le matériel, les machines et l'espace nécessaire dans le studio, et proposons une guidance si nécessaire.

EXTRACTIONS 21 - A Two Dogs Company (studio view)

Chaque résidence a une durée d'un an. Les développements techniques ne peuvent pas être facilement limités dans le temps, comme lors d'une résidence "normale". Un élément technique est fabriqué et testé, puis l'artiste retourne généralement à sa table de dessin, apporte des modifications, effectue à nouveau des tests, etc. jusqu'à ce qu'un prototype soit finalement créé. Ensuite, une autre version "plug-and-play" doit être réalisée, et ainsi de suite. En étant en mesure de travailler avec des tests et des applications techniques dès le début du processus de création, l’aspect technique peut être intégrée de manière plus substantielle dans le spectacle, l'installation ou la chorégraphie.

Les résidences s'adressent à de jeunes artistes ainsi qu’à des artistes en milieu de carrière pour qui ce soutien représente une opportunité d'appréhender de manière plus substantielle et plus efficace les nouveaux médias et technologies. Chaque année, nous lançons un appel et nos "partenaires de résidence", workspacebrussels, KWP - Kunstenwerkplaats, Grand Theatre Groningen et Bâtard festival, font également venir des artistes.

Intéressé·e ?
Gardez un œil sur notre newsletter, notre page Facebook ou Instagram pour l'appel de 2024.

Maxime Denuc
Maxime Denuc ©Anne Leroy

Maxime Denuc

Élévations est une installation sonore inspirée par la dub-techno, un style musical à la croisée de la techno minimale et du dub jamaïcain dont elle emprunte l’utilisation massive d’effets de delay . Selon le chercheur Alessio Kolioulis, l’effet de « suspension artificielle » produit par la dub-techno serait le signe d’une « nostalgie futuriste hybride ». En effet, par ses textures opaques, sa simplicité harmonique et ses micros variations de motifs, ce style musical parait exprimer au mieux la mélancolie de la fin de fête, le moment où les corps se délassent, quand le jour vient remplacer la nuit.

Organous ©Léo Maurel

Ce projet souhaite mettre en scène cet espace-temps si particulier en opérant une translation formelle et poétique : ici, le matériau musical n’est plus produit par des sons synthétiques mais par les tuyaux d’un orgue, l’Organous. Cet instrument, construit par le facteur Léo Maurel, est équipé d’un dispositif spécifique qui offre la possibilité de contrôler l’intégralité de ses tuyaux via un ordinateur. À partir de programmes informatiques que je conçois moi-même, il peut produire des masses sonores complexes, des glissandi ultras rapides ou encore, recréer des effets de filtrage ou de delay. L’automatisation de l’instrument apporte une grande rigueur rythmique, qui répond à l’exigence de régularité́ imposée par les formes électroniques.

Organous ©Léo Maurel

La spatialisation naturelle du son favorise l’immersion du public. En effet, l’Organous se déploie au travers de différents modules qui peuvent se positionner comme on le souhaite. Au centre de l’installation, les spectacteur·rice·s baignent dans un océan de sons provenant des quatre coins de l’espace, mais ils·elles peuvent aussi se déplacer et se rapprocher des tuyaux de l’instrument. De nouvelles qualités apparaissent alors : là où à distance, la musique se répand comme un halo sonore qui favorise l’écoute d’ensemble, cette nouvelle proximité́ permet de saisir l’intégralité́ de la palette sonore de l’instrument, renouvelant la façon d’appréhender la musique d’orgue qui s’écoute traditionnellement à distance.

Le travail scénographique qui sera réalisé par le plasticien et metteur en scène belge Kris Verdonck renforcera lui aussi la prise du·de la spectateur·rice. Renommé pour son travail immersif, il cherchera à traduire d’une façon poétique, l’ambiance des chill-outs – ces espaces annexes de la fête techno destinés au repos des danseur·se·s –, au travers de moyens spectaculaires. La lumière notamment, permettra de suggérer les éléments rythmiques absents de la partition musicale, produisant ainsi une métaphore sensible de l’esthétique de la techno.

En donnant à l’ordinateur le contrôle d’un instrument séculaire, en immergeant le public dans un environnement sonore hybride où se confondent acoustique et électronique, Élévations souhaite proposer une expérience musicale transversale et où se brouillent toutes les classifications.