DEAD BRASS BAND

Orchestre robotisé

Le « Dead Brass Band » est un orchestre entièrement robotisé. Sa section rythmique se compose d'une grosse caisse, d'une caisse claire, de cymbales, d'un triangle et d'un tambourin, sa section de vents de deux tubas, d'une trompette et d'un mélodica, et il comprend aussi un orgue Hammond. Tous ces instruments ont été mis au point par l'entreprise Decap à Herentals. La différence entre les sonorités d'instruments dont jouent des musiciens et celles de ces instruments contrôlés en MIDI est infime.

Chacun des instruments est monté séparément sur une plateforme à roulettes. Ces plateformes, contrôlées par une technologie sans fil, sont capables d'exécuter des chorégraphies, de se positionner dans l'espace et de se déplacer librement. Il est possible de faire varier leur vitesse et leurs mouvements et de les faire pivoter, de façon à exécuter une chorégraphie programmée au préalable. Le matériel et le logiciel ont été développés par iMinds et Culturecrew.
« Il était une fois un homme roux qui n'avait pas d'yeux et pas d'oreilles. Il n'avait pas de cheveux non plus, donc c'est arbitrairement qu'on le disait roux. Il ne pouvait pas parler car il n'avait pas de bouche. Il n'avait pas de nez non plus. Il n'avait même pas de bras, ni de jambes. Il n'avait pas de ventre, pas de dos, pas de colonne vertébrale et il n'avait pas d'entrailles du tout. Il n'y avait rien ! Nous ne savons donc même pas de qui nous parlons. » 
La dernière phrase : « Il vaut mieux que nous ne parlions plus de lui. »

Orchestre robotisé

Le « Dead Brass Band » est un orchestre entièrement robotisé. Sa section rythmique se compose d'une grosse caisse, d'une caisse claire, de cymbales, d'un triangle et d'un tambourin, sa section de vents de deux tubas, d'une trompette et d'un mélodica, et il comprend aussi un orgue Hammond. Tous ces instruments ont été mis au point par l'entreprise Decap à Herentals. La différence entre les sonorités d'instruments dont jouent des musiciens et celles de ces instruments contrôlés en MIDI est infime.

Chacun des instruments est monté séparément sur une plateforme à roulettes. Ces plateformes, contrôlées par une technologie sans fil, sont capables d'exécuter des chorégraphies, de se positionner dans l'espace et de se déplacer librement. Il est possible de faire varier leur vitesse et leurs mouvements et de les faire pivoter, de façon à exécuter une chorégraphie programmée au préalable. Le matériel et le logiciel ont été développés par iMinds et Culturecrew.

On peut réellement parler de « robots » ici, car les plateformes roulantes sont des équipements de haute technologie qui « savent » où ils se situent dans l'espace et se corrigent lorsqu'ils dévient de la trajectoire prévue. Même si leur système d'exploitation est complexe, l'interface utilisateur est relativement simple.
Les techniques employées existaient déjà en partie dans le monde industriel, mais cette variante n'était pas encore connue. A Two Dogs Company a mis au point cet orchestre pour son spectacle H, an incident:  il y jouait de la musique, l'idée étant celle d'un « orchestre fantôme » dont les musiciens avaient disparu, tandis que les instruments continuaient à jouer.

Innovation

ATDC voudrait à présent développer davantage ces robots / plateformes / instruments de musique. C'est l'occasion de mettre au point des techniques véritablement innovantes, qui puissent éventuellement acquérir une réelle importance dans le monde industriel et contribuer ainsi au débat concernant la transversalité entre les arts et l'innovation technologique.

ATDC aimerait faire fonctionner les plateformes en interaction avec la musique, rendre la technologie plus stable, mais également de mettre les plateformes à disposition de programmeurs pour qu'ils développent de nouveaux logiciels ou améliorent ceux qui existent. Le but est d'en arriver à un logiciel libre, par analogie avec la pratique de mise en commun dans le domaine de la robotique, consistant à partager autant d'informations que possible pour en arriver ensemble à de meilleurs résultats.

Concrètement, ATDC aimerait passer une commande d'écriture à un compositeur contemporain, pour qu'il compose une œuvre destinée à ces robots et crée une chorégraphie sur cette musique en collaboration avec ATDC. Il est essentiel que les instruments de musique et leurs mouvements fassent partie intégrante de la composition et de l'expérience d'écoute. Par exemple: faire pivoter les tubas a un effet sur la perception des sonorités dans l'espace.

Le résultat doit être un « vrai » concert, d’une heure environ, pendant lequel le plateau serait uniquement occupé par les robots, leur musique et leur chorégraphie - un concert à présenter lors de festivals de musique contemporaine ou consacrés aux médias numériques, ou encore dans des musées.







Concept and direction: Kris Verdonck


Technical coordination: Jan Van Gijsel


Music instruments: Decap Herentals

Robotics and system integration: Culture Crew

Software development: iMinds-IBCN

Production: A Two Dogs Company


The music instruments and robotics have been developed for the production H, an Incident. This was a co-production with Kunstenfestivaldesarts (BE), Kaaitheater (BE), Steirischer Herbst (AT), Göteborgs Dans & Teater Festival (DK), Spring Festival (NL) and Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine (FR)

  • - © (c) A Two Dogs Company
NEWSLETTER

*

*

*

captcha

*Obligatoire