SLEEPING CELLS

Le phénomène du sommeil est directement lié à une bonne qualité de vie, à l'apprentissage, la compréhension, le développement intellectuel et émotionnel. Mais c'est justement le sommeil qui est résolument dévalorisé à notre époque capitaliste, fordiste. Dormir est généralement considéré comme une perte de temps. À mes yeux, le sommeil est un élément anarchique, non pas destructif, mais dangereusement constructif. Notre étude a révélé l'existence de deux types de sommeil et de rêves : au cours de la première phase, celle du “sommeil profond”, les informations qui ont été réunies au cours de la journée et qui doivent être retenues, sont stockées là où elles pourront être facilement retrouvées plus tard. Le second type de sommeil est le “sommeil paradoxal” ou "sommeil REM”, pendant lequel s'effectuent des associations d'idées et des mises en relation qui vont nous permettre de mieux comprendre les choses et de nous forger des opinions. Autrement dit, pendant notre sommeil, notre cerveau s'active en permanence à assembler des informations, à tous les niveaux. Par conséquent, le sommeil est indispensable pour comprendre le monde qui nous entoure. Prendre une décision importante se fait de préférence “à tête reposée”. On raconte cette blague : “Les collaborateurs de Microsoft travaillent jusque 72 heures d'affilée et quel est le résultat ? Il suffit de regarder les ordinateurs qu'ils produisent !” C'est bien vrai. Notre mode de vie et l'organisation actuelle de la société nous empêchent de prendre le temps de dormir et, en conséquence, d'en arriver à de bonnes décisions. Sans sommeil, nos idées et nos connaissances se font superficielles, deviennent des produits de masse et sont donc facilement écartées. Nos idées deviennent moins dangereuses. La contradiction qui en résulte est prodigieuse : en ne faisant rien, l'être humain devient plus productif, tandis que ses connaissances s'approfondissent. Nous devenons par conséquent moins vulnérables dans un monde submergé d'informations et de choix.
Kris Verdonck
Concept: Kris Verdonck et Alix Eynaudi
Danse: Alix Eynaudi
Dramaturgie: Marianne Van Kerkhoven
Musique: Rutger Zuydervelt / Machinefabriek
Lumière & technique: Luc Schaltin
Costumes: An Breugelmans
Développement des ‘sleeping cells’: Sofie De Smedt
Stage: Noriko Beyens
Production: Hendrik De Smedt / A Two Dogs Company
Coproduction: Über Lebenskunst, un projet initié par la Fondation Fédérale Culturelle
(Allemande) et Haus der Kulturen der Welt, co-producteurs du projet EXIT.
Avec le soutien: des Autorités flamandes et de la Commission de la Communauté flamande à
Bruxelles
NEWSLETTER

*

*

*

captcha

*Obligatoire